Centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc

 En ce moment ...

Dominique Marchès Retour aléatoire

Exposition du 20 Juillet au 14 Novembre 2021

Retour aléatoire, c’est le titre générique qu’a choisi Dominique Marchès pour désigner un projet hybride, qui prend la forme d’un film, mais aussi d’un livre et d’une exposition. Retour, parce que l’homme revient sur son parcours, au fil duquel il a fondé et dirigé plusieurs galeries et centres d’art contemporain à Châteauroux, Vassivière en Limousin, ou Chamarande en Essonne ; retour parce qu’il évoque sa vie d’artiste photographe,
et la collection éclectique qu’il a passionnément réunie depuis 1972 ; retour enfin parce qu’il chronique certains faits et rencontres essentiels pour ses cheminements subjectifs. Aléatoire, parce que Dominique Marchès aime jouer : s’il ferme les yeux, il revient à Thouars, ville chère à son adolescence. Aléatoire pour désigner un contenu ouvert et fragmentaire, un récit professionnel, personnel et artistique où les choses s’entrelacent
et se font sans qu’elles soient assurément prévues, ou même prévisibles. COMME À LA MAISON À la chapelle Jeanne d’Arc, l’exposition Retour aléatoire se présente comme un univers dense, à la confluence de l’art, du pratique, du spirituel et du biographique, puisés dans le courant de l’art contemporain mais aussi dans l’art primitif et les traditions populaires, aux sources d’une multitude de cultures. Peuplée d’oeuvres, d’objets et d’histoires, elle témoigne du goût de Dominique Marchès pour les mouvements artistiques d’avantgarde, mais aussi pour les aventures humaines, et pour tout ce qui devient précieux par le regard qu’on y porte. Sur le plan de sa muséographie, l’exposition s’organise selon le modèle d’une grande salle, une sorte de double carré qui mesure environ 12 x 6 mètres. C’est un espace physique dont Dominique Marchès a déjà testé les proportions, lors des expositions dans la nef de Vassivière par exemple, ou lorsqu’il fut commissaire invité pour La Force de l’art au Grand Palais à Paris : un espace relativement équilibré, qui correspond à un espace public de belles dimensions ou à un espace privatif proche d’un grand salon. Ses murs s’élèvent à trois mètres, une hauteur que l’on peut retrouver, à nouveau, dans les habitations. Enfin, cet espace est doté d’une entrée et d’une sortie dans l’axe central du dispositif, et il possède une imposte, qui produit un léger effet de seuil. Il n’est pas anodin que Dominique Marchès cherche à reconstituer une sorte d’appartement par cette installation muséographique : il se pose d’emblée en amateur, pour lequel la cohabitation avec les oeuvres constitue une expérience domestique quotidienne, qui mêle indissociablement l’art et la vie. La collection de Dominique Marchès explore des horizons bien plus divers que ceux de l’art conceptuel et abstraits dans lesquels elle s’ancre à l’aube des années 70. Passionnant pour son éclectisme, cet ensemble n’est nullement programmatique : Dominique Marchès ne poursuit aucune recherche ou objectif précis, mais a constitué sa collection de manière intuitive, au fil de ses amitiés et affinités artistiques. Pour la présenter dans la Chapelle Jeanne d’Arc, il a souhaité un cheminement souple, à la fois thématique et typologique afin d’explorer les différentes facettes de ce vaste corpus. L’accrochage est dense : il n’impose aucune hiérarchie, ne fait appel à aucun artifice mais prône l’humilité du rapport personnel à l’œuvre. Ce n’est pas expressément l’exposition d’un artiste ou une exposition à thème dont il s’agit ici : Dominique Marchès a plutôt créé un accrochage « comme à la maison »,
avec le mystère des présences et la joie des télescopages. Enfin, il prend le parti d’une esthétique assez élémentaire et essentielle : les cimaises et les tables sont en bois brut, contreplaqué de peuplier ou chêne, et l’éclairage est naturel.

Plus d’infos : COMMUNIQUE DE PRESSE 

 

Un lieu dédié à l'art contemporain

Labellisé « centre d’art contemporain d’intérêt national » par le ministère de la Culture, la Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars est aujourd’hui un lieu de référence à l’échelle du grand ouest dans le domaine de l’art contemporain.

Développant un projet culturel qui prend en compte et sa situation géographique et son enveloppe architecturale, le centre d’art présenté dans une chapelle néo-gothique, crée une rencontre chaque fois renouvelée et enrichie entre un public large et ouvert, les artistes et la création plastique actuelle. L’art contemporain entretient à Thouars, une relation privilégiée avec le patrimoine. Les artistes invités s’approprient l’espace de la chapelle Jeanne d’Arc en créant une œuvre originale conçue pour le lieu. Accueillis en résidence, les artistes portent aussi leur regard sur la ville et le territoire.

Pour faciliter l’accès à l’art au plus grand nombre et sur tout le territoire, un dispositif mobile a été créé en 2003 pour que des expositions puissent circuler permettant de rendre visible des œuvres produites dans ce contexte, dans des lieux qui ne sont pas des lieux d’exposition : écoles, collèges, lycées, maisons de retraite, centres socioculturels

En savoir plus sur le dispositif itinérant « La Mar(g)elle »

Des ateliers pédagogiques sont menés dans et hors les murs en partenariat avec écoles, collèges, lycées, l’hôpital psychiatrique, des maisons de retraite, des associations, dans le cadre de missions d’éducation artistique et culturelle. Des rencontres et des conférences avec des professionnels de l’art contemporain sont proposées à tous. Travaillés sur un mode « formes de vies » comme « formes d’art », des ateliers sont organisés pour aller à la rencontre des habitants, créant un lieu de débat et de réflexion autour de l’art, l’architecture, le patrimoine dans l’espace public.

Depuis 2016, le Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet imagine un programme de commande d’œuvres d’art contemporain, en partenariat avec le centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars et le Grand Huit, réseau des écoles supérieures d’art publiques en Nouvelle-Aquitaine.

En savoir plus sur la jeune création à Thouars en en Vallée du Thouet

Depuis janvier 2018, un service éducatif est créé au sein du centre d’art. Mis en place par la Délégation académique à l’Action Culturelle du Rectorat de Poitiers, le but est de développer l’accueil, l’information et la sensibilisation des publics scolaires (élèves et professeurs) à toutes les formes de patrimoine, d’art et de culture, y compris dans leur dimension de culture scientifique et technique ainsi que le numérique.

Contacts et horaires

Rue du jeu de Paume 79100 Thouars

05 49 66 02 25 et 05 49 66 66 52

Dossier pédagogique disponible pour les enseignants sur demande :

arts-plastiques@thouars.fr

Site internet du centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc

Page Facebook du centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc

Ouvert tous les jours sauf le lundi,

de 14h à 18h (mars à mai) et de 14h30 à 18h30 (juin à octobre).

Groupes sur rendez-vous

Entrée libre

Le centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc de la ville de Thouars bénéficie du soutien du ministère de la Culture – DRAC Nouvelle-Aquitaine, du conseil régional Nouvelle-Aquitaine, du conseil départemental des Deux-Sèvres, de la Délégation académique à l’action culturelle du Rectorat de Poitiers.

Le centre d’art a bénéficié des fonds européens FEADER dans le cadre du programme LEADER Nord Deux-Sèvres.

Le centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc est membre de d.c.a / association française de développement des centres d’art, de Astre, réseau arts plastiques et visuels en Nouvelle-Aquitaine et de BLA !, association nationale des professionnels de la médiation en art contemporain.